Ciskoulade

Le premier voyage qui pourrait s'apparenter à un voyage touristique banal fut l'occasion de commencer un petit tour du monde de spécialités culinaires. Malte, petit cailloux au milieu de la mer méditerrannée, est une île aux multiples inffluences. Phéniciens, Romains, Turques, Templiers, Anglais, Bonapartistes ont tous foulés Malte avec plus ou moins d'inffluence gastronomique.

En règle générale, les touristes viennent pour un séjour farniente, et les étudiants pour un "pseudo" voyage linguistique. On les retrouve le plus souvent dans Paceville, haut lieu de fête de Malte ou sur les plages à se prélasser. Accompagné de ma soeur et mon cousin, nous rentrions en contradiction avec la règle générale, puisqu'en 10 jours nous avons pu découvrir l'ensemble de l'île et ses derniers petits coins qui ont échappé à l'envahisseur au Nikon et à la crème solaire indice 50.

 

Pour une journée chargée, pensez au Pastizzi !!!

Au moindre petit creux, l'allié d'un bon coupe faim et d'un pique-nique économique s'appele la Pastizzi. 40 cts d'€ en moyenne pour s'affranchir d'une petit triangle de pâtes feuilletés. Il vous tiendra au ventre pour une bonne après-midi de snorkeling.

Ce friand encore chaud est rempli le plus souvent de Ricotta, mais pour moi les meilleurs sont à la purée de pois et au boeuf carotte. Le parfait en-cas pour un touriste actif.

 

 

Pour le dépannage à la rentrée de la plage, choisissez la Tuna Ftira !!!

Le petit frère de la Pastizzi, est un sandwich d'émincés de Thon dans un pain maltais assez épais et mou, accompagné d'un concentré de tomates, de quelques capres et de petits oignons/salades. Nul doute qu'il faille privilégier ce casse-croute à un Mac-Do, Burger-King, KFC, qui envahisent peu à peu le paysage Maltais.

 

 

La star de Malte, Le fenkata !!!

Le Fenkata est ancré dans l'histoire, cette fois-ci on peut remercier les chevaliers de l'ordre de Saint-Jean pour la popularité de ce plat à base de lapin. Les templiers bien heureux sous le soleil Maltais, loin de Rhodes et de Jérusalem, des croisades et des tirs d'arbaletes, s'en donnaient à coeur joie dans le ragoût de Lapin. N'ayant point de cuniculture, les chevaliers avaient besoin de l'intégralité des lapins gambadant sur l'île pour satisfaire leur appétit. Ils interdirent par conséquent aux pauvres gens la chasse des longues oreilles.

Les Maltais se firent un malin plaisir de déroger à la règle lors des fêtes de villages, et jours importants de l'année. Les chasseurs à l'affut empoignaient leurs lances-pierres, les cuisiniers éguisaient leurs couteaux, les femmes ajustaient les nappes sur les grandes tablées, le fenkata soignait son entrée. J'oubliais de vous dire aussi que les enfants du village étaient réquisitionnés pour couper les tomates, et les gousses d'ails qui accompagnent toujours le Fenek (lapin).

Chaque famille garde bien secrète la recette du fenkata, mais je vous conseille de dénicher un restaurant authentique, comme le Tal-Ingliz à Mgarr au nord de l'île. Le lapin était doré à la poële, puis mariné dans du vin rouge, de quoi s'en délectait les babines à la fraicheur de la taverne.

Les templiers à la recherche de la foie...et des rognons de lapin.

 

Une Cisk, oui, mais bien fraîche !!

Créé en 1928 par Giuseppe Scicluna, la Simonds Farsons Cisk, est la seule entreprise à brasser de la Bière sur le sol Maltais. Elle inonde tout commerces, restaurants, panneaux publicitaires de sa bière à l'étiquette jaune. Elle a son propre festival de bières et de musiques : Le farson Great Bear Festival, où nous avons apprécié la douche à la bière et la musique délirante du groupe "Fakawi" !!

La bière même si elle n'a rien d'exceptionnel a le mérite de mettre de l'animation sur l'île et de rafraichir. Elle est déclinée sous plusieurs appelations, Lager (partenaire de la fédération maltaise de rugby, environ 23 joueurs), Excel (pour les jeunes actifs), Chill (au citron), Export (partenaire des sets de Dj présent sur l'île), XS (pour les connaisseurs). A chacun sa bière, et no'ublions pas que la mousse bien fraîche est issue d'une torréfaction du ... malt...

Voilà ce qui s'appèle boire d'une façon Cisk et détendue...

 

 Kinnie Kinnie Kinnie a juice after midnight ! 


Et puisque dans ce blog, on pense aussi aux non-amateurs d'alcools, je vous ai reservé un supplément boisson typique de Malte : La kinnie. Présente de partout sur l'île elle est élaborée dans la même usine que la Cisk et profite d'un éventail publicitaire florissant depuis 1950. Le brevage est un étonnant mix d'écorces d'oranges et d'herbes aromatiques qui lui donne un goût amer particulier. Rafraîchissante, il faut goûter... 

Voilà, mon petit tour de Malte se termine ici, j'ai délibéremment laisse de côté le poisson et ses arrêtes, mais un bon voyage à Malte ne se fait pas sans un bon filet de Lampuka (dorade) au port de Marsaxlokk... 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×